L’État a pratiquement disparu des régions du nord et du centre avec les conséquences dramatiques que nous connaissons tous. Mais même dans les autres régions du pays les services publics ne sont pas toujours à la mesure des attentes des citoyens.

Les conditions de vie de nos populations restent encore très en deçà des objectifs d’un développement économique et social de nature à vaincre la pauvreté et à donner à tous des conditions de vie décentes et dignes. Notre pays est encore parmi les derniers dans le classement du PNUD sur l’indice de développement humain (175ème sur 188 pays classés) et nous n’avons atteint partiellement qu’un seul des objectifs de développement du millénaire malgré les engagements publics pris par les autorités.

L’État doit asseoir sa légitimité en se mettant au service des populations.

Mesures prioritaires :

  • Médicalisation de tous les Centres de Santé Communautaires (CSCOM).
  • Mise en application de la Charte du malade en vue d’assurer une prise en charge correcte et rapide.
  • Augmentation du budget alloué à la santé à 15% du budget national.
  • D’un Programme national d’approvisionnement en eau potable et promotion des branchements sociaux.
  • D’une politique de la petite enfance et renforcement de la fréquentation scolaire.
  • Renforcement de la formation initiale et continue des maîtres du primaire et des professeurs du secondaire.
  • Réduction des déséquilibres régionaux dans la carte scolaire, par l’ouverture d’une école à trois classes au moins par village ;
  • Fourniture effective d’un kit scolaire à chaque élève.
  • Application stricte de la scolarisation obligatoire jusqu’à l’âge de 16 ans avec une attention particulière pour que les filles restent à l’école.
  • Renforcement du système formel de sécurité sociale à travers une amélioration substantielle de la gouvernance de l’INPS, de la Caisse de retraite et de la Caisse d’assurance maladie.
  • Meilleur ciblage de l’aide sociale, notamment en direction des veuves, des femmes seules chargées de famille, des enfants abandonnés et des handicapés.
  • Adoption d’une loi de protection sociale des personnes handicapées.
  • Accélération de la mise en œuvre du cadastre, et son informatisation afin de disposer d’un outil efficace de gestion domaniale et foncière.

Réalisation de 5 000 logements par an (cités des enseignants, cités des médecins, etc.).