PILIER 1 : RESTAURER LA PAIX, LA SÉCURITÉ ET L’AUTORITÉ DE L’ÉTAT

Pilier 1

Restaurer la paix, la sécurité du pays et l’autorité de l’État.

A l’heure où la violence s’est installée dangereusement dans le Nord et le Centre, menaçant plus que jamais la sécurité de la population dans tout le pays, nous réaffirmons la nécessité d’une action collective de reconquête territoriale et de main tendue aux populations qui ont été abandonnées par le pouvoir en place ces cinq dernières années pour préserver l’unité et l’intégrité de la Nation malienne.

Le clientélisme érigé en système de gouvernance, les entraves à l’efficacité des armées, le laxisme à l’égard des trafics illicites et l’absence totale de volonté politique pour initier un véritable dialogue national ont conduit le pays dans l’impasse et au bord du chaos. Il faut sauver le Mali.
Face à cette situation, l’action du prochain gouvernement devra être consacrée à la restauration de l’autorité de l’État sur l’ensemble du territoire malien, et ce dans une démarche inclusive et le dialogue avec la population.

Il faut redonner la parole et le pouvoir aux Maliens de bonne volonté et de bonne foi.

PILIER 2 : INSTAURER UN VÉRITABLE DIALOGUE ENTRE TOUS LES MALIENS

Pilier 2

Instaurer un véritable dialogue entre tous les Maliens

Notre engagement à l’égard du Mali doit viser à faire disparaître les ferments de division qui fragilisent et menacent l’unité nationale. L’État a des devoirs envers le peuple et tous les Maliens de bonne volonté et de bonne foi. Les différentes communautés du pays ont un devoir d’entraide et d’engagement pour le bien commun. Notre programme découle entièrement de ces principes et vise à renouer avec la tradition malienne qui repose sur l’échange et le partage.

Pour être efficace, l’État doit être à l’écoute de tous les citoyens et de leurs représentants. Les congrégations religieuses et les pouvoirs traditionnels sont des partenaires essentiels de l’État. Hors de nos frontières, la diaspora qui joue un rôle économique et social dans notre pays et qui contribue à l’insertion du Mali dans le monde, doit elle aussi être incluse dans le dialogue national.

C’est par le dialogue que nous réussirons ensemble.

PILIER 3 : METTRE L’ÉTAT AU SERVICE DES POPULATIONS

Pilier 3

Mettre l’État au service des populations

L’État a pratiquement disparu des régions du nord et du centre avec les conséquences dramatiques que nous connaissons tous. Mais même dans les autres régions du pays les services publics ne sont pas toujours à la mesure des attentes des citoyens. Les conditions de vie de nos populations restent encore très en deçà des objectifs d’un développement économique et social de nature à vaincre la pauvreté et à donner à tous des conditions de vie décentes et dignes.

Notre pays est encore parmi les derniers dans le classement du PNUD sur l’indice de développement humain (175ème sur 186 pays classés) et nous n’avons atteint partiellement qu’un seul des objectifs de développement du millénaire malgré les engagements publics pris par les autorités.

L’État doit assoir sa légitimité en se mettant au service des populations.

PILIER 4 : DONNER AUX JEUNES, AUX FEMMES LA PLACE QUI LEUR EST DUE DANS LA SOCIÉTÉ MALIENNE

Pilier 4

Donner aux jeunes et aux femmes la place qui leur est due dans la société malienne

En 2017, les moins de 24 ans représentaient près des 2/3 de notre population et avec un taux de croissance démographique encore élevé (3,6%), notre population continuera à être jeune pendant des décennies. Si nos jeunes ont la formation nécessaire pour trouver un emploi et entrer dans la vie active de manière positive, ils sont un atout pour notre avenir. Si au contraire, ils n’arrivent pas à s’insérer durablement dans la société et l’économie, continuent à vivoter de petits métiers précaires sans pouvoir créer une famille et vivre décemment, ils sont en proie au désespoir, essaient de quitter le pays en dépit de tous les dangers d’une émigration sauvage, ou alors ils se laissent prendre aux promesses du fanatisme et s’engagent dans le terrorisme.

Les femmes constituent la moitié de notre population mais leur contribution est limitée par les nombreux obstacles et les discriminations auxquels elles font encore face : faible scolarisation surtout dans nos campagnes, mauvais accès à la santé surtout pour la santé maternelle et infantile, accès limité aux outils de financement de leurs activités économiques, etc. Elles ont de plus souffert des violences qui ont secoué notre pays depuis 2012. Cette situation doit changer et nous devons permettre à la moitié d’entre nous de participer pleinement à l’épanouissement de tout notre potentiel.

Un défi important pour aider à la fois les femmes et les jeunes est de mieux maitriser notre démographie et de réfléchir ensemble à la mise en place d’un système de planification familiale qui respecte nos valeurs et nos traditions et permette à nos familles de prendre plus facilement soin de tous leurs membres.

Faisons de notre jeunesse et des Maliennes un atout pour le futur.

PILIER 5 : CONSTRUIRE UNE ÉCONOMIE PERFORMANTE ET SOLIDAIRE

Pilier 5

Construire une économie performante et solidaire

Pour avoir les moyens de notre action et conduire le Mali vers l’émergence, il est essentiel de garantir une croissance économique solide et inclusive, qui s’appuie sur un secteur privé dynamique, qui optimise le potentiel de nos ressources naturelles et qui fournit des emplois décents.
Aujourd’hui, la croissance du PIB réel (5% en moyenne sur les trois dernières décennies) ne permet pas de faire reculer la pauvreté eu égard à l’augmentation de la population. Près de la moitié de nos concitoyens vivent dans la pauvreté, principalement dans les campagnes.
Notre pays dépend encore essentiellement de l’agriculture, de l’élevage et des ressources minières. Notre industrie reste embryonnaire. Une telle structure rend l’économie malienne fortement dépendante vis-à-vis de l’extérieur, des fluctuations du climat et du cours des matières premières. La croissance est aussi freinée par le manque d’une main d’œuvre qualifiée et par des infrastructures de base insuffisantes. De plus des contraintes sérieuses existent en matière de financement de l’économie, du secteur privé et des PME/PMI créatrices d’emplois.
Pour remédier à cette situation et parvenir à une croissance économique d’au moins 7% sur plusieurs années, nous devons être volontaristes pour libérer les énergies, dynamiser la croissance et atteindre l’émergence. Pour éliminer les contraintes, il faut mettre l’accent sur le rôle moteur du secteur privé et des entrepreneurs, et le rôle essentiel des pouvoirs publics pour créer un environnement propice au développement d’une économie compétitive, dynamique et solidaire.
Notre économie doit à chacun et chacune d’entre nous un avenir à la mesure de ses ambitions et de ses talents.

ANNEXE : ADDITIF AU PROGRAMME PRÉSIDENTIEL

CHIFFRAGE DU PROGRAMME : QUELQUES REMARQUES

Quelques remarques sur le chiffrage du programme

Le coût estimé du programme ressort à 7310,1 milliards de FCFA soit 82,4 % du PIB de 2017 (8868,4 milliards FCFA). Par comparaison avec les programmes d’accélération de la croissance et de transformation structurelle en cours dans les pays voisins du Mali, ce chiffre se compare favorablement à ceux de ces pays où les ratios programme/PIB sont beaucoup plus élevés (178% du PIB au Benin, 227% du PIB au Burkina Faso, 178% du PIB au Niger qui a été financé par les partenaires publics et privés, 185% du PIB 2013 au Togo, et 99% du PIB 2013 au Sénégal).

Il convient aussi de noter que certaines dépenses pourraient ne pas être imputées au budget de l’Etat (énergie, pont, usines, certaines dépenses d’éducation, routes, irrigation etc.) car le programme prévoit le recours aux Partenariats Public Privé (PPP), aux partenaires bilatéraux et multilatéraux etc.